Références

Etudes G5, G2 PRO, G2 DCE/ACT et G4 pour remise en état des voies Transgabonais au Gabon (Afrique)

Dossier : LY 11 3444 G2
Affaire : Remise en état des voies Transgabonais
Maître d’ouvrage : SETRAG (Société d’Exploitation du TRAnsGabonais)
Mission(s) : G5, G2 PRO, G2 DCE/ACT et G4 (Norme NFP 94 500)
Domaine d’intervention : Infrastructure linéaire
Antemys - G5, G2 PRO, G2 DCE/ACT

Mission

Ce dossier est de type G5, G2 PRO, G2 DCE/ACT et G4 (assistance au maître d’ouvrage et maîtrise d’œuvre). La mission comprend :

  • La définition des causes des sinistres (déraillement des trains sur tout le tracé),
  • La définition des solutions de confortement envisageables en fonction des contraintes locales (accès, matériaux à disposition dans le pays…),
  • La présélection d’entreprises capables de travailler dans ces conditions particulières et capables de réaliser les travaux dans les délais demandés par le maître d’ouvrage,
  • Le dimensionnement de la solution retenue par le maître d’ouvrage et proposée par l’entreprise, à savoir pieux métalliques battus avec profilés métalliques HEB dans le sens et sous les voies reprenant directement la charge amenée par les traverses,
  • Le suivi de la réalisation des travaux sur le PK 111 (Zone Test),
  • La définition des critères de suivi des déplacements,
  • La réception de l’ouvrage au PK 111.

Contexte du dossier

Les contraintes du dossier sont liées :

  • A la nécessité d’adapter les travaux et donc les solutions proposées aux contraintes locales fortes : accès très complexes par des pistes quasi-impraticables en saison des pluies, peu de moyens dans le pays, matériel ferroviaire défaillant, impossibilité de couper la voie pendant les travaux… ; ces contraintes nous ont obligés à privilégier des solutions sans béton, à retenir des moyens de contrôles adaptés au terrain (essais de compressions limités au poids de la locomotive : impossibilité de faire des massifs de réaction) basés sur des méthodes observationnelles (suivi des déplacements pendant plus de 6 mois après la mise en service) et adapté en permanence au fur et à mesure du chantier les solutions de réalisation,
  • A la nécessité de lier la géotechnique pour l’étude des pieux métalliques, la structure bois pour la vérification des traverses bois et la structure métallique pour le dimensionnement des profilés métalliques,
  • Au contexte géopolitique et économique très particulier :
    • Attente de la population d’une circulation des trains en sécurité : près d’une dizaine de morts le 13 mars 2014,
    • Attente du gouvernement gabonais d’une remise en état de la voie dans les plus brefs délais pour rassurer la population et alimenter le port de Libreville en marchandises : réunions très fréquentes avec le Ministre des transports pour lui exposer l’avancement de l’opération,
    • Attente de l’exploitant et client d’Antémys, la SETRAG filiale d’ERAMET, afin de transporter les minerais de manganèse exploités plus à l’Est : coût d’un déraillement approximativement 1 million d’Euros.

Fin mars 2014, la zoneavril après la réalisation des derniers essais de chargement demandés par l’Etat gabonais et la lecture des derniers résultats du suivi des déplacements.

Une méthode de traitement différente de la première a été testée au PK128 ; les travaux ont commencé en avril 2014. Cette solution comprend des pieux métalliques arasés à 1 m sous la base des traverses, un géotextile et un remplissage en ballast.

Plus que la stabilité des voies après le traitement, ces solutions ont principalement pour objectif de valider leur réalisation dans le contexte cité ci-avant et la facilité d’entretien par l’exploitant (bourrage du ballast en particulier).

En image

Partager l'actu
Partager sur linkedin
Partager sur facebook

Références

Autres références similaires